Médias

Non, les médias ne sont pas tout puissants, leur influence sur les individus n’est pas totale et ils ne peuvent pas fabriquer de toute pièce « l’opinion publique ».

Depuis le milieu du 20ème siècle au moins, les sciences sociales ont démontré les « effets limités » des  médias (théories de la « communication en deux temps », de « l’attention flottante », du « codage/décodage », des « résistances, interprétations et réappropriation », etc.). Il s’agit désormais de considérer les messages médiatiques comme des biens culturels parmi les autres. Ou encore, comme le préconise E. Katz, de moins chercher à savoir « ce que les médias font aux gens » que d’étudier » ce que les gens font des médias ».

Il y a donc différents médias et différents rapports aux médias, dont il s’agit de comprendre les logiques culturelles et sociales. Mes travaux s’inscrivent dans une perspective sociologique et anthropologique qui interroge les fonctions sociales des médias tout en reconnaissant les phénomènes de domination culturelle à l’oeuvre dans le champ médiatique (questions du framing/cadrage et de l’hégémonie culturelle). Une grande part est aussi faite à l’étude de la circulation des informations entre la France et l’Allemagne, en particulier dans les régions frontalières de l’est de la France.

  • Grenzüberschreitende Informationsflüsse und Medien in der Großregion SaarLorLux / La circulation transfrontalière des informations médiatiques dans la Grande Région SaarLorLux, (Dir. avec Christoph Vatter), Editions Nomos, Baden Baden, 2015.